Qui ? Quoi ? Pourquoi ?

Brève présentation d’Anjou Eco-Hameaux.

Ce mouvement est né au printemps 2010.
Il est le fruit d’une histoire locale dont sa proximité avec les associations et projets suivant témoigne : ALISEE, Eco-Quartiers d’Anjou, Habitat Différent et les projets d’éco-quartiers de la région angevine.
La connaissance des projets d’éco-hameaux de l’association nantaise « Habitats et Energies Naturels » suivant la méthode de « l’auto-promotion immobilière collective non-commerciale » a été le fait déclencheur de son apparition.
Un petit bilan d’Anjou Eco-Hameaux pour ses deux premières années d’existence :
  • de une à deux réunions mensuelles,
  • des dizaines de personnes sont venues à ces réunions, à titre de : « curieux », « ami(e)s du projet », de « potentiellement intéressé(e)s » ou de « participant(e)s actifs ».
  • après l’engouement du départ,  on a constaté à l’automne 2010 un premier « essoufflement » de la participation et de l’implication des personnes intéressées. L’absence de terrain explique grandement ce désengagement.
  • trouver une première « commune d’accueil » reste l’objectif n° 1.
Il n’en reste pas moins que c’est L’OUVERTURE et la LIBERTE qui caractérisent notre groupe.

Il y a plusieurs niveaux de participation à celui-ci.

Les initiatives et prises de responsabilités se font au choix de chacun, et de nouveaux participant(e)s sont continûment accueilli(e)s.
Pour que les projets individuels de tous aient le maximum de chances de se réaliser, nous avons besoin d’être + nombreux afin d’envisager la création de différents éco-lieux à la campagne en Anjou.Ces éco-hameaux, « écologiques, économiques et solidaires », favoriseront :

  • a) les « échanges de services » (bricolage, garde d’enfants, création ou intégration à un « SEL » – « Système d’Echanges Locaux« -, etc.),
  • b) la « mutualisation des moyens » (auto-partage, co-voiturage, outils divers, et véhicules en commun à 2, 3 ou 4 roues – avec ou sans moteur ! -),
  • c) et le « partage des espaces » (ateliers, jardin partagé, salles communes, verger, etc.).

Ils pourraient également (et ambitieusement !) intégrer les dimensions suivantes (par ordre alphabétique) :

  1. Accueil des aînés,
  2. Animation rurale,
  3. « Artistes et artisans »,
  4. Auto-construction et éco-construction par des amateurs et des professionnels,
  5. Autonomie énergétique et des réseaux,
  6. Auto-promotion immobilière collective non-commerciale,
  7. Constructions neuves et rénovations,
  8. Coopérative d’habitants,
  9. Énergies renouvelables,
  10. Esprit coopératif,
  11. Gestion écologique de l’eau,
  12. Habitat groupé,
  13. Habitations légères,
  14. Moindres coûts,
  15. Paysan-boulanger,
  16. Permaculture,
  17. Productions bio’,
  18. Propriétaires autrement et locataires solidaires,
  19. Ruralité villageoise,
  20. Solidarité sociale,
  21. Transports en commun.
Le résultat pour les habitants de ces éco-hameaux étant (entre autres !) une « empreinte écologique » inférieure à celle des citadins.
Mise à jour : 28 janvier 2013
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s