Le mal-logement : une situation endémique qui s’aggrave

Devinette : qu’est-ce qui a doublé en 10 ans ?
Réponse : le prix de l’immobilier et le nombre de foyers surendettés (près du million).

Citation : »La crise du logement a atteint un degré de gravité d’une grande indignité !
Le contexte économico-financier ayant encore aggravé les conséquences du mal-logement, les publics touchés sont de plus en plus nombreux et divers.
Le logement n’est plus un problème marginal, il est devenu réel problème de société »
(La Fondation Abbé Pierre, campagne « Carton rouge au mal-logement », 2010-2011)

1. Le mal-logement : une situation endémique qui s’aggrave.

Au début 2011, le 16eme rapport annuel de cette même Fondation Abbé Pierre sur « L’Etat du mal-logement en France » enfonce le clou :
– il y a en France actuellement plus de 130 000 personnes Sans Domicile Fixe [dites « SDF »], et plus de 680 000 sans domicile personnel.
– Cela donne plus de 3 millions de personnes qui sont non ou très mal logées (en centre d’hébergement d’urgence, en « habitations de fortune » [!], en chambre d’hôtel, en chambre meublé, chez des parents ou des tiers, en des logements privés de confort, en précarité énergétique ou surpeuplés, etc.),
– Auxquelles on peut ajouter plus de 5 millions de personnes en situation de réelle fragilité de logement (en copropriété en difficulté, en impayés locatifs, etc.),
– On arrive au chiffre de près de 10 millions de personnes qui sont concernées par le mal-logement.

Avec la crise financière et économique et l’augmentation rapide du coût de l’énergie et des matière premières, la crise du logement prend une dimension inaccoutumée :
– la situation des plus vulnérables se dégrade et un nombre grandissant de ménages basculent dans la précarité,
– les revenus des ménages modestes stagnent ou baissent,
– en plus des catégories populaires, les classes moyennes sont affectées,
– pendant que la production de logements reste insuffisante (il en manque un million), et qu’elle est devenue inaccessible aux plus modestes,
– tout ceci associé à une augmentation considérable du coût des logements et de leurs charges (la part du logement dans le budget des ménages a augmentée de 20% en 30 ans, et les ménages pauvres y laissent près de 50 % de leurs ressources).

Mars 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s